top of page

Réforme des retraites : Macron médite un coup d'état social

RÉFORME DES RETRAITES : MACRON MÉDITE UN COUP D'ÉTAT SOCIAL - Après avoir annoncé l'augmentation des tarifs du gaz et de l’électricité, Macron s’attaque à notre système de retraite. Il veut faire travailler les Françaises et les Français jusqu’à 65 ans, alors que tous les sondages démontrent que le peuple y est opposé. Mais l’enfant gâté a piqué sa crise. Après 5 années passées à décider de tout, tout seul, le Président s’est habitué à son confort de monarque.


Les élections législatives l’ont désavoué, il a perdu sa majorité et depuis, il avance à tâtons. Repris par ses réflexes autoritaires, Macron veut donc faire passer sa réforme des retraites en force. Il ne présentera pas de projet de loi dédié au Parlement. Il souhaite en fait utiliser le Projet de Loi de financement de la Sécurité Sociale qui sera étudié cet automne. Il veut y glisser un simple amendement visant à reporter l’âge de départ à la retraite. C’est une tactique mesquine déjà dénoncée par tous les syndicats, ainsi que par ses alliés du MoDem qui ont annoncé qu’ils voteraient contre cet amendement s’il était présenté.


Les macronistes brandissent le dernier rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR) pour justifier leur entreprise. Voyons donc ce que dit ce rapport (https://www.cor-retraites.fr/node/595). D’abord, le COR écrit que nos dépenses de retraites représentent 13,8% de notre PIB. Il estime qu’elles seraient stables sur le quinquennat, qu’elles pourraient certes augmenter à 14,4% en 2032, mais qu’elles devraient refluer progressivement pour atteindre 13,7% en 2070.


Également, notre système des retraites va dégager 3,2 milliards d’euros d'excédents en 2022. Dans les 25 prochaines années, le déficit pourrait être d’environ 0,4% du PIB, mais il retrouverait le chemin de l'excédent à partir de 2040 ou 2050.


Notre système n’est donc pas menacé. Le déficit qui pourrait exister est en réalité creusé par les exonérations massives de cotisations, par exemple dans le cas des heures supplémentaires. En régularisant la situation, nous pourrions récupérer 2 milliards d’euros chaque année.


En définitive, les arguments sont nombreux et démontrent la malhonnêteté du camp présidentiel. Le COR lui-même juge que “les résultats du rapport ne valident pas le bien-fondé des discours qui mettent en avant l’idée d’une dynamique non contrôlée des dépenses de retraites”.


Dans le contexte actuel d’urgence sociale, la posture des macronistes est aussi indigne que funeste. Le peuple l’a répété à maintes reprises : il est résolument opposé au report de l’âge de départ à la retraite. D'ailleurs, l'unique mesure progressiste sur la question des retraites, qui permettrait de garantir à toutes et à tous du travail, ainsi qu’une fin de vie en bonne santé, c’est la retraite à 60 ans !



Comentarios


bottom of page